Servir
Notre
Peuple


La revitalisation d’Églises

www.revitalisation.fr

En tant que consultant sur la revitalisation, je me tiens à la disposition d’églises francophones qui sont en perte de vitesse

david.brown.paris@gmail.com

 

Les cinq dimensions de la revitalisation d’une Église.

 

Quelle est la différence entre la revitalisation et le réveil ? C’est le désir de maintenir la santé de la vie de l’église dans la durée (les réveils ont souvent été des feux de pailles devant la complexité du fonctionnement humain).

Pour promouvoir des Églises en bonne santé, il faut prévoir une approche en 5 dimensions

 

1)    La dimension spirituelle   Améliorer la santé spirituelle de l’Église.

 

v Adorer = le premier commandement (cœur, âme, pensée et forces)

  • Comment adorer Dieu au mieux dans le contexte contemporain ?
  • Un sentiment d’émerveillement.

v La confiance

v L’obéissance

 

2)    La dimension sociale  Améliorer les relations au sein de l’Église et avec les non-           chrétiens, améliorer l’accueil de nouvelles personnes.

 

v Aimer son prochain (2e commandement) S’intéresser à lui, l’écouter, lui faire du bien, l’encourager.

 

3)    La dimension structurelle  Améliorer en particulier la qualité du leadership de l’Église.

 

v Le travail en équipe

v La mise en œuvre du changement

 

4)    La dimension sociétale (le contexte de l’Église). Améliorer la contextualisation de            l’Église.

 

  • Sur le plan géographique – Paris / ville de province / zone rurale
  • Sur le plan historique – les quartiers changent
  • Sur le plan culturel – l’époque post-moderne idées où les sont validées par l’émotion / ignorance du christianisme.

 

5)    La dimension stratégique (la vision de l’Église) Améliorer la performance de l’église.

 

La mission = sa raison d’être

La vision = là où on veut être dans cinq ans

Le plan stratégique = les moyens à mettre en œuvre pour tendre vers la             vision

  • Décider ce qu’il est possible de faire de manière intentionnelle
  • Se concentrer sur un nombre limité d’activités mais les faire aussi bien que possible.
  • Introduire de nouvelles idées qui sont enthousiasmantes sans qu’elles soient ressenties comme une menace à ce qui existe.

 

Un célèbre jouer de hockey, Wayne Gretzky, a expliqué ainsi son succès : « Je patine vers l’endroit où le palet va être, et non pas vers là où il a été ». Steve Jobs a adopté cette devise. Et si c’était vrai pour le développement d’une Église locale, tout en restant ferme sur le fond de la doctrine biblique ?

 Ministères